[Témoignage] L’automobiliste malchanceux

Vous conviendrez avec moi qu’il n’y a pas plus triste, mais aussi plus stressant, que de faire un accident de voiture. Alors, imaginez un peu comment ces sensations peuvent être amplifiées quand cet évènement se répète deux fois en l’espace de 2 ans. Malheureusement, c’est arrivé à jeune conducteur à l’aube de ses 21 ans, et n’ayant uniquement que 3 ans d’expérience de conduite. Ce jeune conducteur, c’est moi. Dans cet article, je vais vous raconter mon histoire et tenter d’apporter une lueur d’espoir dans toute cette triste aventure.


Témoignage

Deux accidents en moins de deux ans

« Le 26 janvier 2019 vers 21h15, alors que je revenais de travailler, un automobiliste a effectué un dépassement illégal et est venu percuter le devant de ma voiture, alors que je m’engageais dans la cour de mon domicile. Je venais de vivre mon premier accident de voiture. J’avais à ce moment-là 18 ans et je n’avais obtenu mon permis probatoire que depuis 4 mois.

Heureusement, je n’ai eu qu’un choc nerveux et une petite commotion cérébrale. L’autre conducteur n’était pas blessé. Deux ans plus tard, le 14 mars 2021 vers 5h10 (pour être plus précis), j’ai percuté un autre automobiliste qui n’avait pas fait son arrêt obligatoire. En fait, il s’agit bel et bien d’un miracle, puisque je m’en suis sorti qu’avec une entorse dorsale et cervicale, ainsi qu’un possible léger choc post-traumatique.

Le rétablissement

Aujourd’hui, je me rétablis de cet accident de voiture tranquillement, de jour en jour. Pour ceux qui se demanderaient si maintenant j’ai peur de prendre mon auto, la réponse est non, puisque que dans les deux cas, ma conduite n’est pas en cause. Est-ce que je suis plus méfiant lorsque je conduis? Oui, je le suis! Est ce que j’en veux aux deux responsables? Aucunement, parce que cela ne m’apporterait rien de tenir une rancœur envers ces hommes qui, à mon humble avis, l’ont payé autant sinon plus que moi.

Pour être franc avec vous, les derniers mois ont été très difficiles pour moi sur le plan émotionnel. Les blessures que j’ai eues ne peuvent se voir à l’œil nu, car tout se passe au niveau des muscles de mon dos ainsi que de mon cou. J’ai eu beaucoup de difficulté à accepter le fait que mes blessures m’empêchaient de faire des tâches simples, comme prendre un panier à linge pour ranger la lessive.

Savoir chercher de l’aide

Parfois, la douleur est tellement intense que j’ai de la difficulté à marcher sans boiter. Par chance, je prends des médicaments pour diminuer la douleur, parce que je n’aurais même pas imaginé comment je ferais sans ça. Je ne vous dis pas ça pour faire pitié. J’illustre uniquement de façon concrète à quoi je dois faire face dans mon quotidien depuis mon accident. Pour m’en sortir, je n’ai pas eu le choix d’aller chercher de l’aide pour m’accompagner dans ma situation.

En conclusion, je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont supporté de près ou de loin dans ces fâcheuses péripéties. En terminant, j’aimerais vous dire que ce qui m’est arrivé, je ne le souhaite à personne, mais si jamais une telle situation vous arrive, n’hésitez pas à aller chercher de l’aide si vous en ressentez le besoin. Parfois, en parler à un proche ça peut faire un bien immense. »

Extras

Découvrez nos autres témoignages.


Photo | Alexandre St-Pierre

Alexandre St-Pierre

Collaborateur du magazine web les Zackardises.

Une réflexion au sujet de « [Témoignage] L’automobiliste malchanceux »

Un commentaire? Oh oui!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.