[Critique] Luca: Ode à l’unicité

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours été fortement intéressé par les films d’animation marins. En effet, en profondeur ou plus près de la surface, c’est tout un monde de découvertes. Un monde différent du nôtre, qui me fascine et me plaît (presque) à chaque fois. Il n’est donc pas étonnant que Luca, le dernier-né du studio Pixar, m’a charmé, me laissant indubitablement conquis. Oui, ce film aux esquisses italiennes ne bénéficie peut-être pas du scénario le plus élaboré qui soit, or, il n’en demeure pas moins une ode à l’unicité, qui célèbre les différences.


Un monstre? Oui, de créativité!

Il fallait bien Pixar pour nous emmener sur la rive de Portorosso, petite ville de la Riviera italienne, où deux jeunes monstres marins rêvent de posséder une Vespa. Pour eux, il s’agit de l’ultime symbole de la liberté. L’histoire vous semble simple et peu inspirée? Peut-être ai-je oublié de mentionner qu’une fois sortis hors de l’eau, ces deux monstres prennent la forme d’humains, et que les habitants du petit village sont prêts à tout pour capturer l’une de ces créatures?

Au fil de l’histoire, les deux nouveaux amis Alberto Scorfano et Luca Paguro développeront une réelle complicité, qui les amènera à désirer la même chose: avoir une Vespa pour pouvoir s’enfuir loin, loin, loin… À travers leur quête de liberté, ils feront la connaissance des villageois de Portorosso, plus particulièrement de Giulia Marcovaldo, une petite fille rejetée par les autres et qui tente par-dessus tout de devenir la championne de la Portorosso Cup, titre détenu par Ercole Visconti, un être vantard et insignifiant! Le nouveau trio devra donc faire équipe pour renverser le vainqueur en date et ainsi gagner l’argent pour acquérir leur Vespa.

C’est ce qui fait la force du scénario et du récit lui-même, qui pousse l’imagination à un niveau rarement égalé. De plus, la finesse à laquelle se déroule le film fait plaisir aux papilles visuelles. En fait, comment ne point être charmé lorsque les deux garçons font tout pour éviter d’être mouillé, et ainsi dévoiler leur véritable identité?

Image
Image

Les valeurs, toujours les valeurs

Les scénaristes ont injecté de belles valeurs au coeur de leur long-métrage, à commencer par l’importance du respect de la différence. Ce n’est pas parce que l’on est différent d’une autre personne que cela signifie que l’on est dangereux ou que l’on doive nous manquer de respect. Il s’agit définitivement d’une belle leçon pour beaucoup de gens en ce moment, qui déversent sans cesse leur haine sur les réseaux sociaux. Savoir respecter les autres et apprécier leur unicité, c’est avant tout savoir se respecter soi-même.

On retrouve aussi dans Luca le pouvoir de la famille et l’amour qui y réside. Impossible de rester passible face à la détermination de Daniela Paguro, la mère du protagoniste, lorsqu’elle se rend à la surface pour y chercher son enfant! Les plus sensibles de ce monde ne pourront se passer de mouchoirs à la note finale, qui se veut touchante et empreinte de sérénité.

Enfin, l’oeuvre disponible exclusivement sur Disney+ est le théâtre d’une amitié étonnante entre Luca et Alberto, deux êtres à qui tout oppose, mais à qui tout réunit aussi. On y savoure l’importance de l’amitié et de ce qui en découle, la découverte, la jalousie, la trahison, puis le pardon.

Image
Image

Un visuel incomparable

Encore une fois, Pixar se dépasse et nous propose un film au magnifique visuel, qui chatouille de nombreuses fois la perfection. C’est que le studio a atteint avec Luca un niveau d’excellence incroyable, avec des couleurs vivantes, chaudes et riches. Associée à une bande-sonore italienne, l’aspect visuel a des airs d’été et de vacances… un charme quand on sait que cela fait plus d’un an que l’on est confiné à la maison!

En fin de compte, Luca, ce n’est pas qu’un simplet film d’animation… c’est un film d’inspiration. Une oeuvre cinématographique qui enchante les parois visuelles de notre coeur, sans nous lasser. C’est une ode au voyage et à la découverte de l’autre.

Vraiment, ce film est une pépite du cinéma, un clin d’oeil vitaminé à l’Italie et une célébration de la beauté de l’amitié. Bref, un bijou du septième art!

Image
Image
4/5

_

Découvrez d’autres critiques cinématographiques ici!


Photos | Walt Disney Pictures / Pixar Animation Studios
Zachary Barde

Passionné de cuisine, d'écriture et de tout ce qui est beau et bon pour l'esprit, c'est avec un grand honneur que je vous livre mon magazine web, Les Zackardises ! Allez-y, fouillez, lisez, contemplez. Surtout, dégustez chaque article!

Une réflexion au sujet de « [Critique] Luca: Ode à l’unicité »

Un commentaire? Oh oui!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.